Port du Rhin : le quartier le plus pauvre de Strasbourg est livré à la violence

dimanche 5 avril 2009 | 09:54 | Charlotte Noblet

« Les habitants du Port du Rhin sont des vôtres ! » Véronique Ausez, résidente du quartier, s’adresse aux manifestants anti-OTAN de samedi à Strasbourg depuis le micro de la voiture CGT, en tête de manif : « C’est un scandale que les autorités vous envoient ici, vous qui venez parfois de loin pour exprimer votre désaccord sur la politique des forces de l’OTAN. Ici, il n’y a rien, c’est un quartier industriel en reconversion, le quartier du port autonome de Strasbourg, loin de tout. Vous ne rencontrerez pas grand monde, c’est honteux ! » Les applaudissements fusent. Les manifestants sont assis sous le soleil, ils attendent que les policiers français ouvrent la Route du Rhin, route de la manifestation bloquée par les pompiers enfin venus éteindre le feu de l’hôtel Ibis voisin. « Vous êtes dans le quartier le plus pauvre de Strasbourg », poursuit la résidente, s’efforçant même de parler anglais. « Nous vous accueillons volontiers, vous tous, les manifestants pour la paix dans le monde. Nous sommes des vôtres ! Nous vous demandons juste de ne pas casser notre quartier. Nous avons déjà perdu notre pharmacie sous les flammes ce matin. Puis l’hôtel Ibis. S’il vous plaît, respectez notre quartier ! »

Depuis le matin, les forces de l’ordre manquent à leur devoir. Pendant qu’en tête de manifestation les plus pacifistes pleurent sous les gaz lacrymogènes derrière leurs banderoles, de jeunes casseurs sont livrés à eux-mêmes en fin de cortège. Une pub d’abri-bus comme représentation de l’État ici, la porte d’une Poste comme symbole du capitalisme privé là... et on ne parle pas de l’OTAN. Vers midi, le bâtiment des anciennes douanes de Strasbourg est en flammes. Un peu plus tard, c’est au tour de l’hôtel Ibis. Le maintien de l’ordre n’est pas assuré et les pompiers mettront un temps fou à venir. Le quartier du Port du Rhin s’est transformé en une véritable zone de non droit, là, entre logements sociaux, ancien glacis militaire et bassins portuaires. Loin de tout. Bien en marge du programme officiel.