Sarkozy lance la chasse aux chômeurs

samedi 8 septembre 2007 | 12:26 | Alain Peter

Tenu à Strasbourg, le conseil des ministres « décentralisé » se révèle surtout comme un exercice de relations publiques.

Malgré le surcoût, le gouvernement semble se plaire au jeu de la décentralisation. « Je ne sais pas si c’est l’atmosphère alsacienne, mais on a rarement eu un Conseil aussi créatif, aussi dynamique, aussi important », a déclaré le chef de l’État. Le prochain du genre devrait avoir lieu en Corse, en novembre. Entre-temps, Christine Boutin aura déménagé son ministère du Logement et de la Ville à Lyon pendant dix jours.

Pour le reste, le Conseil des ministres s’est révélé pauvre en décisions nouvelles. Une confirmation : les travaux de la deuxième phase du TGV Paris-Strasbourg commenceront seulement en 2010. De quoi décevoir les Alsaciens qui souhaitaient que ce chantier de cinq ans soit lancé immédiatement après l’ouverture de la ligne en juin dernier. Par ailleurs, la liaison en train entre Bruxelles et Strasbourg sera améliorée, grâce au contournement de Paris. De quoi conforter un peu l’accessibilité du siège du Parlement européen.

Nicolas Sarkozy est revenu sur sa politique industrielle : « L’État fera des choix stratégiques en faveur de l’industrie. Nous ne nous laisserons pas impressionner par les ultralibéraux. » À savoir la presse anglo-saxonne qui reproche à l’État français de garder des parts importantes dans le capital des entreprises.

création d’un blog pour dialoguer

Le Conseil des ministres a aussi entendu Fadela Amara, secrétaire d’État chargée de la Politique de la ville. En attendant la publication d’un plan sur les banlieues, en novembre, la création d’un blog permet « un dialogue direct avec les habitants de quartiers trop souvent relégués ou oubliés », a-t-elle déclaré. Le blog aurait enregistré plus de 10 000 contributions. Par ailleurs, Fadela Amara essaierait sans succès depuis un mois de faire réparer une fenêtre dans un immeuble et d’allonger une ligne de bus dans la banlieue parisienne…

Signe d’une nervosité croissante de l’exécutif, le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez a voulu rassurer au sujet des régimes spéciaux de sécurité sociale : « Il n’existe aucun avant-projet de décret, a-t-il affirmé. Un processus de concertation entre les partenaires sociaux vient à peine de commencer. Celui-ci durera jusqu’en 2008. » Pendant ce temps, en ville, plusieurs centaines de manifestants s’étaient réunis à l’appel des syndicats pour dénoncer « la régression sociale ».